Le mécanisme des maladies auto-immunes

No Comments

Malgré de sérieuses avancées scientifiques et médicales, il n’est toujours pas possible aujourd’hui de guérir les maladies auto-immunes. La bonne nouvelle, c’est qu’il existe maintenant des traitements qui aident à soulager les malades et les symptômes. Ceci étant, ce sont 5 millions de Français qui sont touchés par les maladies auto-immunes. C’est dire à quel point les maladies auto-immunes sont des pathologies à ne pas prendre à la légère. Que devez-vous savoir sur le sujet ?

Ce que sont les maladies auto-immunes

Pour rappel, les maladies auto-immunes sont un terme générique englobant toutes sortes de pathologies. On peut parler du diabète de type 1, mais également du psoriasis, du lupus, de la sclérose en plaques, des maladies inflammatoires chroniques de l’intestin, du vitiligo et bien d’autres encore. Vous vous demandez sans doute ce qui est à l’origine d’une maladie auto-immune. En fait, pour n’importe quelle maladie auto-immune, la cause est un dysfonctionnement du système immunitaire. Comme l’explique cette page, lorsqu’une bactérie ou un virus attaque l’organisme, au lieu de le défendre, il se retourne contre lui. Le système immunitaire se met à attaquer l’organisme alors que, normalement, son rôle premier est de le protéger de telles agressions extérieures. À ce jour, il n’existe pas encore de traitement curatif des maladies auto-immunes. Toutefois, plusieurs traitements efficaces ont été mis au point afin que les malades puissent jouir d’une meilleure qualité de vie. Le lupus est une maladie de la peau, classée parmi les maladies auto-immunes chroniques. Pour moins en souffrir, il est primordial de surveiller sa peau jour après jour et la protéger au maximum. Etant donné l’extrême fragilité de la peau, il faut éviter à tout prix l’exposition au soleil. En période de poussée, n’oubliez pas d’appliquer un écran total avant de sortir. Le bronzage n’est malheureusement pas pour vous, même en cabine, et même en période de rémission.

La sclérose en plaques

Si vous souffrez de sclérose en plaques, il est certain que votre médecin traitant vous a donné des traitements médicamenteux qui aident à réduire les symptômes et qui atténuent les douleurs. Comme la sclérose détruit des zones du cerveau, il faut aller à contre-courant et ralentir le mal. Donc, il faut vous mettre aux exercices physiques parce qu’en vous dépensant de cette manière, votre cerveau et vos muscles libèrent une molécule qui participe à la réparation de certaines lésions et dommages dans le cerveau. La molécule en question est ce qu’on appelle « facteur de croissance nerveuse » (VGF) qui favorise et accélère la cicatrisation de la myéline, cette couche entourant les fibres nerveuses du cerveau. C’est cette couche protectrice que la sclérose attaque peu à peu. Mais en faisant de l’exercice physique, la molécule produite cicatrise progressivement cette couche agressée et c’est ainsi que le cerveau peut recommencer à mieux réagir et plus rapidement lorsqu’il est sollicité. Des recherches menées par une équipe de l’université d’Ottawa au Canada ont démontré que la molécule VGF est bel et bien responsable de l’amélioration de cette fameuse couche isolante.

Categories: Maladie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *