Le lien entre le bégaiement et le stress

No Comments

Le bégaiement est un trouble de la parole qui apparaît dans l’enfance, en général entre 2 et 4 ans. En réalité, 5 % des enfants bégaient dans cette tranche d’âge, mais plus de la moitié arrêtent de bégayer spontanément, sans traitement particulier. 1 % de la population adulte bégaie de façon permanente et ce sont plutôt les hommes qui sont touchés. Ceci étant, le bégaiement peut aussi survenir en cas de stress. Dans les lignes qui suivent, découvrons le lien entre le bégaiement et le stress.

Le bégaiement et le stress

À ce jour, on ne connaît pas encore exactement la cause du bégaiement, mais il semble que tout se passe au niveau du cerveau. L’hérédité aussi semble jouer un rôle dans l’apparition du bégaiement. Mais des études ont également montré que des facteurs tels que la fatigue et le stress peuvent accentuer le bégaiement. Ce qui veut dire qu’ils n’en sont pas les causes, mais ils contribuent à l’augmenter. Autrement dit, un épisode de stress peut être un facteur déclenchant du bégaiement. Entre 2 et 4 ans, les enfants doivent apprendre à parler, à faire des phrases, à manger convenablement, à dire merci, bonjour, s’il te plaît, etc. Ce sont des situations qui créent des tensions, du stress et peuvent entretenir le bégaiement. À l’adolescence, ce sont les hormones, les pulsions sexuelles, la recherche d’identité qui vont être source de stress et réveiller, dans certains cas, le bégaiement. Quant aux adultes, des situations telles que l’arrivée d’un enfant, la perte d’un emploi ou tout autre événement majeur auquel une personne n’est pas suffisamment préparée peuvent être la cause d’une récidive. Eh oui, si le bégaiement a disparu de façon naturelle pendant des années, il peut, un beau jour, réapparaître après un choc émotionnel très fort.

Comment traiter le bégaiement ?

Si le bégaiement est entretenu ou accentué en raison d’une situation stressante, la solution serait de régler ladite situation pour que s’estompe le bégaiement. On sait également que les personnes qui vivent dans un climat tendu, à la maison, au travail, à l’école, sont davantage susceptibles de bégayer. Dans ce cas, le mieux est d’apprendre à prendre du recul face aux tensions, mais aussi apprendre à relativiser, à ne pas tout prendre à cœur. Ce n’est pas facile si la situation perdure, mais c’est possible d’y arriver, par exemple en prenant l’habitude de méditer pour réduire le stress, d’écouter de la musique apaisante, de faire des exercices de respiration lorsqu’un épisode stressant survient. stress.app peut dans ce cas vous être utile. N’oubliez pas, lorsqu’on n’a pas la maîtrise des événements, il faut au moins avoir une maîtrise de soi. Lorsqu’on n’a pas de prise sur les facteurs extérieurs, il faut tout faire pour avoir prise sur son moi intérieur. Avec le temps, le bégaiement diminue peu à peu parce que la personne aura appris à mieux gérer ses pensées et ses émotions. Mais parfois, il faut l’intervention d’un orthophoniste pour un traitement de fond du bégaiement ainsi que des séances de psychothérapie.

Categories: Santé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *