Le déroulement d’un test de paternité basé sur l’ADN

No Comments

Les tests de paternité réalisés sur la base des ADN sont un processus extrêmement scientifique. Ils requièrent de l’équipe qui les réalise une connaissance poussée en génétique, pour ne citer que la discipline la plus importante. Même si les nouvelles technologies ont investi le domaine, facilitant le travail des scientifiques et des chercheurs, il n’en demeure pas moins que ces derniers doivent justifier d’une expertise éprouvée dans le champ de la science de l’hérédité.

Un simple prélèvement

Pour enclencher le test, des échantillons des corps des deux individus impliqués dans la recherche en filiation sont nécessaires. Pour obtenir ces échantillons, il faut faire des prélèvements comme il est indiqué sur vaterschaftstest-dna.com. Cet organisme envoie à ses clients un kit d’échantillonnage permettant de réaliser lesdits prélèvements. Généralement, un simple prélèvement buccal suffit : il s’agit d’extraire d’une joue de chaque individu un échantillon de salive et quelques cellules. Les ADN seront ensuite extraits de ces échantillons. Une fois les ADN entre leurs mains, les scientifiques peuvent enfin se lancer dans une comparaison des empreintes génétiques. Les travaux d’extraction et de comparaison se déroulent en laboratoire.

Génomes et variations génétiques

L’ADN renferme les empreintes génétiques d’une personne. Également appelés « matériel génétique », ces empreintes constituent le génome. En clair, la réalisation d’un test de paternité basé sur l’ADN revient à comparer les génomes des deux individus concernés par le test. Il faut savoir que les génomes de tous les Êtres humains sont quasiment identiques. Le travail des scientifiques consiste à rechercher les composants propres au génome de l’individu étudié (on ne les retrouve nulle part ailleurs), car ce sont ces derniers qui permettent de le distinguer des autres Hommes (on parle de « variations génétiques). Cette exploration est effectuée sur l’ADN du présumé père (ou de la présumée mère). Les chercheurs vont ensuite analyser l’ADN du descendant présumé pour voir si celui-ci abrite les différences précédemment détectées. Si la réponse est oui, alors la filiation est confirmée.

Categories: Bien-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *